L'OM élimine Strasbourg 2 à 0 à Casablanca

Résumé Saison
Casablanca 16eme de Finale OM Strasbourg 2 - 0 (1 - 0)
Arbitre Mr LeMen
18872 Spectateurs
OM PONCET, GRANSART,, JOHANSSON, MOLLA, SCOTTI, MESAS, RUSTICHELLI, MARCEL, ANDERSSON, CHICHA, PALLUCH Entraineur ROLHION
STRASBOURG BARTHELMEBS, HAUSS, WENDLING, SCHWEITZER, BRUAT, DREYER, SKIBA, MULLER, HAAN, STOJASPAL, HERTRICH Entraineur HEISSERER
BUTS ANDERSSON (8eme 48eme)
Strasbourg ne savait pas qu'Andersson aimait la liberté
Dans les tribunes du stade Marcel Cerdan inondé de soleil les supporters marseillais très sûrs de leur affaire s'offraient le luxe d'encourager les Strasbourgeois, lesquels avaient eu le plaisir d'être salués à la mi-temps par M. Dubois, résident général de France au Maroc, mais connaissaient l'amertume d'être menés 1-0.
Sur la physionomie de cette dernière mi-temps, il semblait bien, en effet que Strasbourg avait le plus grans besoin d'avoir le moral remonté. Quelque chose ne tournait pas rond chez les Alsaciens. Hélas ! Heinrich, qui était venu de Rabat où il est professeur de culture physique nous expliquait la défaillance de ses compratriotes :
"Sans Kalbel l'équipe alsacienne n'a plus d'âme."
Il est certain que pour une entorse à la cheville de son arrière central, Strasbourg a perdu une chance de se qualifier, mais les Marseillais auraient pu tout aussi multiplier leurs actions si le besoin s'en était fait sentir.
Malgré une domination territoriale qui se poursuivit en seconde mi-temps, jamais les Strasbourgeois ne donnèrent l'impression d'être de taille à percer le rideau défensif de Marseille et, très facilement, Andersson, tout de suite après le repos, profita de la grande liberté d'action dont il disposait pour marquer le second but qui confirmait la défaite des vainqueurs de 1951.
Strasbourg aura au moins une consolation : après avoir encaissé sa part de la recette record, il jouera mardi après-midi un match amical avec le W.A.C., le plus grand club musulman du Maroc, ce qui promet une autre recette honorable.
Toutefois, ce match ne sera peut-être pas une aimable plaisanterie pour les malheureux Strasbourgeois profondément ulcérés de leur élimination de la Coupe. Le W.A.C. a l'habitude de jouer ses matches amicaux avec des équipes françaises comme autant de matches de Championnat Les Strasbourgeois ont intérêt à ne pas oublier leurs protège-tibias. Et, pour ce qui est de l'ambiance, elle sera infiniment plus passionnée que pour le 16e de finale qui n'intéressait à peu près que les Européens de Casablanca.
Reims s'est vengé en éliminant Toulouse 4 à 0.
Chicha maître chez lui
Tout Casa l'attendait ! Lui, l'enfant du pays, parti tenter sa chance dans la métropole. A vingt ans, tout comme son maître vénéré et vénérable, Larbi Ben Barek, la Perle Noire, qui avait dit de lui : "Il sera mon successeur"
Ahmed Chicha, a mis quelques mois à s'adapter. Et puis, maintenant il parait adapté.
Dimanche contre Strasbourg, le jeune Marocain, qui occupe dans l'attaque marseillaise le même poste d'inter que Larbi son ancien, fut à l'origine de plusieurs contre-attaques menées par l'O.M.
Il participa au travail de démolition effectué sur une défense alsacienne facilement affolée.
Et il savoura le succès de son équipe comme il se doit. Encore une belle histoire que celle de ce petit cireur casablancais devenu une grande vedette.
L'histoire d'un certain Ben Barek, le tout est de savoir si Chicha ira aussi loin que Larbi.