3 Juin 1956 L'OM bat Lille 2 à 1 au Vélodrome

Résumé Saison
3 Juin 1956 Stade Vélodrome 10720 Spectateurs, l'OM bat Lille 2 à 1 (2 - 1)
Arbitre Mr Miel
OM PREDAL, GRANSART, JOHANSSON, MOLLA, SCOTTI, MARCEL, RUSTICHELLI, CONSTANTINO, ANDERSSON, MERCURIO, DURAND Entraineur ROBIN
LYON VAN GOOL, ZAMPARINI, BIEGANSKI, SOMMERLINCK, CLAUWS, STRAPPE, WALZACK, BOURBOTTE, VINCENT, LEMAITRE, LEFEVRE Entraineur CHEUVA
BUTS RUSTICHELLI (10'), CONSTANTINO (28')BOURBOTTE (33')
Si en définitive Lille ne descend pas automatiquement cette saison en Division II, il le doit davantage à Monaco qu'à lui-même.
Oui, à Monaco qui, en battant Bordeaux (4-2) a du même coup réglé le sort des Girondins et celui des Lillois !
Dimanche, les nordistes étaient incapables de se sauver eux-mêmes. Ils furent battus (1-2) par une équipe marseillaise qui joua bien durant une demi-heure, puis qui renonça à poursuivre son effort en seconde mi-temps. les Lillois dominèrent après le repos mais, en vérité, ils mirent rarement le but de Prédal en danger.
Les Marseillais, pourtant, étaient loin d'être irrésistibles et si les défenseurs demeurèrent sans reproche, les attaquants se contentèrent pendant une heure de vivre sur leur avance.
La chaleur, il est vrai, était accablante et les courses sous ce soleil de plomb étaient pénibles. De plus, Marseille, ne jouait pas le match de sa vie, mais simplement le 34e et dernier d'un Championnat qui connaissait dimanche son épilogue.
Tous ces éléments étaient donc favorables à l'accomplissement d'une bonne performance de la part des Lillois.
Las, ils en furent incapables et, au contraire, firent preuve d'une insigne faiblesse. Les spectateurs marseillais ont assurément compris dimanche pourquoi Lille jouera, cette année encore, les barrages.
Lille battu en une demi-heure
Raide et compassée, la défense nordiste fut d'entrée débordée par les vifs et remuants avants marseillais. A la 10e minute Rustichelli réussit le premier but, bénéficiant d'un travail préparatoire d'Andersson.
A la 28e minute, Marseille porta son avantage à 2-0 grâce à un excellent tir de Constantino après une percée de Rustichelli.
Etait-ce la déroute pour les Lillois ? Non, car les avants marseillais, victimes de leur facilité et fondant littéralemernt sous le brûlant soleil commencèrent à jouer au petit trot, pour ne plus opérer qu'au pas en seconde mi-temps.
Bien entendu, Lille profita de ce relâchement pour dominer, pour réduire la marque grâce à un très bon tir de Bourbotte (33e) pour tenter d'égaliser.
Les Lillois furent courageux, il se donnèrent beaucoup de mal, ils ne renoncèrent jamais. Pourtant, ils furent incapables de marquer un deuxième but ni de même de décocher, en direction de Prédal, un tir qui méritât ce nom.
Certes, le gardien de l'OM et ses arrières Gransart, Johansson, Molla, auxquels on peut ajouter le clairvoyant Scotti, surent se montrer vigilants. Pourtant, ils commirent tout de même quelques erreurs que les Lillois, maladroits et peu inspirés, ne surent pas exploiter.
Les Vincent, Bourbotte et autres Lefèvre jouèrent sans aucune cohésion, comme s'ils se trouvaient ensemble pour la première fois. Aussi leurs tentatives individuelles étaient-elles vouées à l'échec. Quand les Lillois échangèrent des passes, ce fut pour shooter faiblement ou à côté.
Les spectateurs ont sifflé les Marseillais après le repos - les avants surtout - pour leur maque de combativité. Ont-ils eu raison ? Certainement pas puisque finalement, leur équipe a gagné (2-1). Bien sûr, le match fut médiocre, abstraction faite de la première demi-heure, mais peut-on en vouloir aux Marseillais de n'avoir pas eu besoin de forcer leur talent pour vaincre une formation qui n'est plus que l'ombre d l'ombre de la brillante équipe de naguère..
En tout cas, l'OM vient mourir à 3 points des Niçois après une fin de saison execeptionnelle..
Nice est Champion de France, après avoir été en tête toute la saison.
Pourtant, Lens finit à 1 point et l'OM mal en point à la mi-championnat vient finir très près du leader azuréen.
Lille va jouer les barrages tandis que Troyes et Bordeaux descendent en Deuxième Division.
Ils seront remplacés par Rennes et Angers, alors que Valenciennes rencontrera les Dogues lillois pour une accession en Première Division.