4 Décembre 1955 l'OM bat Nimes 2 à 0 au Vélodrome

Résumé Saison
Stade Vélodrome l'OM bat Nimes 2 à 0 (2 - 0)
Arbitre Mr Becret
23629 Spectateurs
OMPONCET, GRANSART, JOHANSSON, MOLLA, MARCEL, SCOTTI, RUSTICHELLI, CONSTANTINO, ANDERSSON, CHICHA, MESAS Entraineur ROLHION
NIMES DAKOWSKI, GOLINSKI, FORNETTI, CAMPO, BANDERA, LAFONT, SCHWAGER, KOMINEK, ABDESSELEM, AKESBI, RAHIS Entraineur FIROUD
BUTS ANDERSSON (8' et 11')
De ce derby Marseille-Nîmes on peut tirer une conclusion : les deux adversaires sont plus près l'un de l'autre qu'il ne parait.
L'O.M. cependant a une défense supérieure à celle de son rival, dont l'attaque est plus complète et plus homogène que celle de Marseille.
Cela constaté, ce match gagné par l'O.M. devant une affluence record pour la saison fut un constant duel des défenses et de deux tactiques.
L'une celle de l'O.M. porta ses fruits grâce à l'exceptionnel Andersson qui, aux 8e et 11e minutes fusilla irrémédiablement Dakoski.
L'autre, celle de Nîmes pour aussi bien appliquée qu'elle fût échoua.
Les Nîmois avaient choisi de jouer le hors-jeu, les Marseillais de faire opérer Chicha en pointe de façon à gêner les défenseurs adverses.
Chicha a rempli son rôle nous a déclaré M. Mariat.
C'est un avant toujours en pointe dont la position gêne les défenseurs adverses.
Bien qu'il n'ait pas retrouvé sa forme et qu'il ait été parfois maladroit, il a fait ce que nous attendions de lui.
Nous possédons une défense solide et sûre qui ne prend pas de buts.
Nous n'avons donc pas besoin d'un inter qui se replie, mais d'un avant qui attaque.
En demandant à Jean-Jacques Marcel de ne pas trop s'aventurer, les dirigeants marseillais peuvent désormais compter sur une barrière difficilement franchissable, qui vient du reste de jouer trois matches sans concéder le moindre but.
Lorsqu'on ajoutera qu'Andersson a atteint sa meilleur condition , on comprendra mieux les derniers succès marseillais.
Nîmes, battu n'a pas démérité, loin de là.
Il eut même plus d'occasions de buts que l'O.M.
C'est pourquoi Kader Firoud n'était pas trop content et accusait le sort, cruel à ses yeux, de ce nouvel échec de ses hommes.
M. Grumbach, le trésorier, n'était pas tout à fait ce cet avis :
"Nous avons bien joué, c'est certain, mais on ne shoote pas assez en attaque. On gagne des matches en marquant des buts : on marque des buts en tentant sa chance".
C'est une vérité première. Une autre erreur de Nîmes selon nous est d'avoir confié, face à Andersson, le poste d'arrière central à Fornetti. Lorsque Golinski reprit sa place, il était trop tard : l'O.M. menait déjà par 2 buts 0 et les jeux étaient depuis longtemps faits.

Pendant ce temps-là, Nice s'est incliné au Parc contre le Racing 4 à 2 et c'est maintenant Reims et Lens qui se partagent la première place du classement.
Reims est en tête au goal-average, quand on pense que Kopa et ses coéquipiers occupaient la dernière place à la 5eme journée!!!