OM Olympique de Marseille

2011/2012, Lyon retrouve un titre, Quevilly à nouveau surprenant

ACCUEIL SOMMAIRE
«Lisandro, Lisandro».
En scandant le nom de son attaquant argentin quelques minutes avant le coup de sifflet final, le public lyonnais - minoritaire au Stade de France - ne s'y est pas trompé.
L'ancien attaquant du FC Porto a été la figure de proue de l'OL dans la conquête de son premier trophée en quatre ans.
Son but, le seul inscrit samedi soir, a mis un terme au rêve de Quevilly (1-0). S'ils se seraient bien vus dans la peau du premier club "amateur" à soulever la Coupe de France, Grégory Beaugrard et ses équipiers n'ont toutefois pas à rougir de cette défaite.
Avec leurs armes, ils ont fait ce qu'ils ont pu face à une formation rhodanienne dominatrice mais terriblement maladroite dans le dernier geste. Cette fois, l'envie, cette vertu qui leur avait permis de soulever des montagnes aux tours précédents, n'a pas suffi.
En 16eme, déja des surprises.
L’AC Ajaccio (L1) a été éliminé par les amateurs de Bourg-Péronnas (CFA), tandis qu’Auxerre (L1) s’est fait sortir par Châteauroux (L2).

De son côté, Lille (L1) n’a décroché sa qualification contre Compiègne (CFA) que lors des prolongations.

Enfin Bordeaux (L1) s’est qualifié face à Créteil (National) à l’issue de la séance de tirs au but.
En 8eme, Le Paris Saint-Germain, sans briller à Dijon (1-0), et l'Olympique de Marseille avec la manière à domicile contre Bourg-Péronnas (3-1)décroche leur billet pour les quarts de finale.

Grâce à leurs succès, les deux ennemis jurés du championnat de France rejoignent ainsi Rennes, Lyon, Valenciennes, Montpellier et le Gazélec d'Ajaccio.
En quart de finale, on a encore des surprises, l'OM est éliminé par Quevilly 3 à 2 après prolongation de même que le leader du Championnat à Ajaccio.

Battus pour la première fois en 2012 samedi par Nancy en Championnat (1-0), les Montpelliérains ont à nouveau craqué face aux Corses, qui atteignent pour la première fois le dernier carré de la compétition grâce à une reprise de Yohan Bocognano (75e)

Rennes et Lyon l'emporte à Valenciennes et Paris.
Mené au score mais opportuniste, l'Olympique Lyonnais bat le Paris Saint-Germain (1-3), en quart de finale de la Coupe de France.

Le club rhodanien, déjà qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue, a infligé à Carlo Ancelotti sa première défaite à la tête du PSG.
Les Valenciennois n'iront pas au bout de leur rêve. Maladroits et réduits à dix pendant plus d'une mi-temps, ils sont tombés sur une équipe rennaise plus performante
Quevilly, club amateur de National, a écrit une nouvelle page de sa fabuleuse histoire avec la Coupe de France en se qualifiant pour les demi-finales, comme en 2010, après sa victoire contre l'OM (3-2 a.p.) à l'issue d'un final à rebondissements.
Les Olympiens ont pu revenir au score par deux fois, mais ils sont plongés dans le doute avec cette septième défaite d'affilée toutes compétitions confondues.
Les sept changements apportés par Didier Deschamps par rapport au match contre Dijon, samedi (1-2), n'auront cependant pas inversé la tendance.
Pourtant, Rémy, remplaçant au coup d'envoi, arrachait la prolongation en profitant d'une déviation de la tête d'André Ayew, lui aussi sur le banc au départ (85e).
Le duo récidivait, de la même façon, pour de nouveau égaliser (113e) dans la foulée du but de Ayina, parfaitement servi par Ouahbi (112e)! Mais Ayina, entré en jeu pour la prolongation, s'offrait finalement un doublé pour envoyer Quevilly en demi-finale.
Quevilly enchaîne en quart contre Rennes 2-1et affrontera Lyon au Stade de France.

Les Haut-Normands ont remporté leur demi-finale au bout du temps additionnel, ne baissant jamais les bras après l'ouverture du score par le Rennais Julien Féret en début de match (8e).
Karim Herouat parvenait à égaliser à la 64e minute d'une superbe frappe dans la lucarne.
Faisant jeu égal avec Rennes et poussant Costil à plusieurs parades, Quevilly inscrivait le but libérateur en toute fin de match, alors qu'Anthony Laup trompait, en bout de course, le portier breton (94e).
Quatre-vingt cinq ans après leurs glorieux aînés, battus par Marseille 3-0 en 1927, les joueurs de Régis Brouard parviennent en finale.
"C'est plus qu'un exploit C'est simplement incroyable. C'est une équipe exceptionnelle, sensationnelle", s'est exclamé l'entraîneur normand, qui a suivi le match en tribune en raison d'une suspension. "C'était un scénario improbable, avec des rebondissements, avec une équipe, la nôtre, qui a été joueuse et qui en a été récompensée", ajoutait le capitaine de Quevilly, Grégory Beaugrard.
Dans l'autre demi-finale, Lyon s’est imposé 4-0 contre le GFCO Ajaccio (National).

Les lyonnais ont fait la différence en deuxième période face à des corses réduits à dix.

Des réalisations signés Lacazette, Lisandro, Grenier et Gomis.
L’Olympique Lyonnais fait respecter la logique face à Quevilly. Vainqueurs 1-0, les hommes de Remi Garde remportent leur premier trophée depuis 2008. Quevilly sort avec les honneurs.

L’opposition était totale entre l’Olympique Lyonnais et l’US Quevilly.
D’un côté le quatrième de Ligue 1, septuple champion de France et deuxième budget du championnat (150 millions d’euros pour cette saison).
De l’autre, les semi-professionnel de Quevilly, 14ème de National, un palmarès vierge et un budget de 1,9 millions d’euros.
C’est avec leur maillot en 3D sur le dos que les joueurs de l’OL tentaient de mettre d’entrée de jeu une pression constante sur l’équipe adverse. Lisandro se montrait le premier sur un centre de Lacazette qu’il reprenait de la tête.
Le ballon passait juste au-dessus de la barre (4ème).
De l’autre côté, Jouan était le premier à se montrer dangereux pour Quevilly avec un coup-franc qui trainait dans la surface mais que Lloris finissait par capter (6ème).
Enorme occasion lyonnaise à la 12ème minute pour Lisandro. L’Argentin contrôlait superbement un centre côté gauche. Il frappait en force à ras de terre, mais son tir trouvait le montant d’El-Kharroubi.


Totalement étouffés, les joueurs de National finissaient par craquer sur un gros travail de Lacazette qui éliminait le gardien, et trouvait Lisandro seul dans la surface.
L’Argentin ne loupait pas cette nouvelle occasion et frappait en force pour donner l’avantage à l’OL (1-0, 28ème).
Beaucoup plus équilibré qu’en première période, le match n’était plus maitrisé par l’OL et Quevilly pressait pour égaliser, soutenu par ses 27 000 supporters venus au Stade de France.
Lyon procédait plus en contre et Gomis reprenait un centre parfait de Cissokho mais sa frappe au point de penalty passait au ras du poteau gauche (79ème).
Lyon avait une nouvelle occasion énorme de mettre fin à tout suspens mais Briand manquait son duel face au portier de Quevilly (86ème).
Et malgré une belle deuxième mi-temps, les hommes de Régis Brouard ne parvenaient pas à se procurer de nouvelles occasions et laissaient les Lyonnais gagner cette finale de la Coupe de France (1-0).
L’OL remporte son premier trophée depuis quatre ans et se qualifie pour la Ligue Europa.
1/4 de Finale
Quevilly Marseille 3-2 19324 spectateurs à Caen
Gazelec Ajaccio Montpellier 1-0 5000spectateurs
Paris-SG Lyon 1-3 42000 spectateurs
Valenciennes Rennes 1-3 14731 spectateurs

1/2 Finale
Quevilly Rennes 2-1 21064 spectateurs à Caen
Gazelec Ajaccio Lyon 0-4 10163 spectateurs
Finale au Stade de France
Lyon Quevilly 1-0
Arbitre : Hervé Piccirillo, 76229 spectateurs
But Lisandro 28eme
Lyon Lloris -Réveillère, Cris (c), Lovren (18e Koné), Cissokho - Källström , Gourcuff (67e Clément, Grenier, Maxime Gonalons - Lisandro ,Lacazette, Gomis (81e Jimmy Briand)
Quevilly El-Kharroubi- Vardin, Weis, Beaugrard (c), Vanoukia - Zanké Diarra (77e Ouahbi), Jouan, Laup ( 81e Ayina), Capelle - Valéro (57e Herouat), Colinet-