Histoire du Championnat d'Europe des Nations

L'Euro 2016 en France
Le Championnat d'Europe de football a été créé en 1960 par l'UEFA qui l'organise tous les quatre ans, entre chaque Coupe du monde.
À ses débuts, cette compétition s'appelait « Coupe d'Europe des nations » avant d'être rebaptisée « Championnat d'Europe des Nations » à partir de 1968.
Le surnom Euro suivi de l'année où elle a lieu lui est souvent préféré. Certains l'appellent également mais plus rarement « Coupe Henri-Delaunay », du nom de son créateur.
En 1954, l'UEFA voit le jour et décide d'étudier un vieux projet du français Henri Delaunay, également père de la Coupe de France pour créer une Coupe d'Europe des nations.
La première Coupe d'Europe des nations débute dans un format original où les équipes s'affrontent par tours et par matchs aller-retour
Ceci jusqu'en demi-finale où les quatre demi-finalistes décident d'un pays hôte pour y disputer leurs demi-finales (sur un match cette fois-ci), le match de la troisième place (entre les deux demi-finalistes éliminés) et la finale.

En 1960, la première édition s'achève en France.
France 1960 : un échec sportif pour débuter

Dix-sept équipes seulement se lancent dans les qualifications pour la première Coupe d’Europe des nations qui suivent le principe des matchs aller et retour. Outre le forfait italien, plusieurs équipes représentées à l’UEFA, dont l’Allemagne de l’Ouest, l’Angleterre ou encore la Belgique et les Pays-Bas votent contre le projet porté par Pierre Delaunay (le fils d’Henri) et ne participent pas à la compétition. .
Quatre équipes se retrouvent finalement dans l’Hexagone pour la phase finale du 6 au 10 juillet : France, Yougoslavie, Tchécoslovaquie et URSS.
qualifié dans un quart de finale très controversé avec l’Espagne, remporté par les Soviétiques sur le tapis vert à la suite du refus des Espagnols franquistes d’aller jouer chez leurs adversaires.
En demi-finales, la France perd un incroyable match face à la Yougoslavie par 4 à 5 (les Bleus menaient 4 à 2 à un quart d’heure de la fin !) et l’URSS domine la Tchécoslovaquie par 3 à 0. La finale du 10 juillet oppose l’URSS à la Yougoslavie. Ce sont les Soviétiques, emmenés par leur formidable gardien de but Yachine qui l’emportent par 2 à 1 après prolongations devant à peine 18 000 spectateurs au Parc des Princes de Paris. Buts: Milan Galic pour les Yougoslaves à la 41e minute, Metreveli (49e) et Ponedelnik (113e) pour l’Union soviétique. Dans la petite finale, les Français s’inclinent devant les Tchèques (2 à 0).
Nombre de buts marqués en phase finale : 17.
Meilleure attaque : Yougoslavie (6 buts).
Meilleurs buteurs : François Heutte (France), Valentin Ivanov (URSS), Viktor Ponedelnik (URSS), Milan Galic (Yougoslavie), Drazan Jerkovic (Yougoslavie) 2 réalisations.

A noter : Enfin, avec neuf buts marqués, la demi-finale France-Yougoslavie du mercredi 6 juillet est encore à ce jour le match le plus prolifique de la compétition européenne.
Espagne 1964 : sous les yeux de Franco

Lors de l'édition suivante, en 1964, la compétition est de nouveau perturbée par des enjeux politiques, en effet, la Grèce refuse d'affronter l'Albanie en raison d'un conflit entre les deux nations.

Vingt-huit pays (sauf l’Allemagne de l’Ouest) acceptent de jouer les qualifications de l’édition 1964. Avec à la clé quelques surprises : comme l’éviction de l’équipe des Pays-Bas par le modeste Luxembourg… La joute politique y a aussi parfois pris le pas sur le sport puisque la Grèce a refusé d'affronter l'Albanie avec qui elle était officiellement en guerre.

La phase finale se déroule du 17 au 21 juin en Espagne. Les quatre nations qui s’y opposent sont le Danemark, l’URSS, l’Espagne et la Hongrie.
Au cours des demi-finales, l’URSS bat les Danois 3 à 0 et l’Espagne se défait des Hongrois par 2 à 1.
La finale oppose donc l’Espagne aux Soviétiques au stade Santiago-Bernabeu de Madrid, devant plus de 125 000 spectateurs, dont le dictateur Franco. Les joueurs espagnols l’emportent 2 buts à 1 et arrachent le trophée aux Soviétiques. Dans la petite finale, les Hongrois gagnent 3 à 1 face aux Danois.

Nombre de buts marqués en phase finale : 13.
Meilleures attaques : URSS, Hongrie, Espagne avec 4 buts.
Meilleurs buteurs : Jesus Maria Pereda (Espagne), Ferenc Bene (Hongrie), Dezso Novak (Hongrie) 2 réalisations.
Italie 1968 : deux finales pour le prix d’une

Pour l'édition 1968[5], l'UEFA renomme sa compétition en Championnat d'Europe des Nations et décide de modifier le format.
En effet, les qualifications pour la phase finale sont réparties en huit groupes, les nations arrivant en tête de chaque groupe s'affrontant en quarts de finale (par matchs aller-retour) pour déterminer les quatre nations qui disputent les demi-finales en Italie.

La France explose en Yougoslavie 5 à 1 en quart de finale

Angleterre, Yougoslavie, Italie et URSS gagnent le droit d’aller s’affronter dans la Botte du 5 au 10 juin 1968.
Si, à Naples, les Italiens se sortent péniblement de leur demi-finale en éliminant l’URSS au tirage au sort, les Yougoslaves, à Florence, battent l’Angleterre sur le terrain par 1 à 0 (Dzajic à la 86e minute).
En finale, au Stade olympique de Rome, l’Italie fait match nul (1-1 à la fin du temps réglementaire) avec les Yougoslaves. Il faut donc rejouer la partie.
A l’occasion de ce nouveau choc, la squadra azzura se libère avec 2 réalisations (Riva à la 11e puis Anastasi à la 31e minute) et emporte le sacre 1968 face à la Yougoslavie après un parcours extraordinairement difficile… Dans la petite finale, c’est l’Angleterre qui défait l’URSS par 2 à 0.

Nombre de buts marqués en phase finale : 7.
Meilleure attaque : Italie (3 buts).
Meilleur buteur : Dragan Dzajic (Yougoslavie) 2 réalisations.
Belgique 1972 : première pour l’Allemagne de l’Ouest


Pour l'épreuve de 1972, le même schéma est retenu, et c'est au tour de la Belgique d'organiser la phase finale.
L'Allemagne de l'Ouest (RFA à l'époque) avec Gerd Müller, Franz Beckenbauer et le remarquable Netzer, remporte l'édition en battant l'URSS 3 à 0.
En demi-finale, les Allemands de l’Ouest battent la Belgique 2 à 1 (deux buts de Müller) et l’URSS s’impose devant les Hongrois par 1 but à 0. Mais les Belges ne ratent pas totalement leur compétition ; à Liège, la Belgique prend la troisième place de l’Euro 72 en gagnant contre la Hongrie par 2 à1.
La finale oppose donc l’Allemagne de l’Ouest aux Soviétiques qui subissent à leur tour la loi de « l’artilleur » Gerd Müller (2 buts, 27e et 58e), Hans Wimmer s’intercalant à la 52e. Score définitif : 3 à 0 pour les Allemands de l’Ouest qui empochent leur premier titre.


Nombre de buts marqués en phase finale : 10.
Meilleure attaque : République fédérale d’Allemagne (5 buts).
Meilleur buteur : Gerd Müller (Allemagne) 4 réalisations.
Yougoslavie 1976 : au bout des prolongations

Au cours de l'édition de 1976, le format est de nouveau reconduit, la phase finale ayant lieu en Yougoslavie.
La compétition est remportée par la Tchécoslovaquie contre l'Allemagne de l'Ouest aux tirs aux buts, à l'issue d'un match au cours duquel le tchècoslovaque Antonin Panenka réussit son penalty avec une pichenette en plein centre de la cage tenue par Sepp Maier, geste qui depuis porte son nom.
La première demi-finale se tient au stade Maksimir de Zagreb.
Elle oppose les Pays-Bas à la Tchécoslovaquie qui l’emporte finalement 3 à 1 après prolongations.
La deuxième se tient à Belgrade. Là encore, des prolongations ouvrent aux Allemands la voie de la finale (4-2 devant les Yougoslaves, dont trois buts de Dieter Müller). La finale, haletante, met aux prises les Allemands de Franz Beckenbauer aux Tchécoslovaques qui marquent le but le plus rapide de cet Euro avec Svehlik dès la huitième minute. Mais, au bout du temps réglementaire, tout comme à la fin des prolongations, le score reste bloqué à deux partout (Svehlik 8e, Dobias 25e contre Dieter Müller 28e et Hölzenbein 89e pour les Allemands). Il faut donc recourir aux tirs aux buts, un finish qui n’avait encore jamais été expérimenté à ce niveau de la compétition.
La Panenka de Panenka

Antonin Panenka devait exécuter le dernier tir au but, après l'échec d'Hoeness.

En le transformant, il pouvait en effet offrir à son pays le premier titre international de son histoire. C'est alors qu'il choisit de réaliser une petite pichenette, à savoir une frappe piquée exécutée en touchant légèrement le ballon, en plein milieu du but, tandis que le gardien allemand, le fameux Sepp Maier, qui s'attendait à un tir puissant, plongeait sur un côté.
Le ballon, quant à lui, rentrait dans le but en « feuille morte », à savoir en retombant lentement derrière la ligne tout en passant au dessus du gardien ridiculisé.
Italie 1980 : le grand changement

Le format de la phase finale (11-22 juin) est profondément modifié.
Le pays hôte est désormais automatiquement qualifié pour la phase finale.
Huit équipes sont autorisées à y participer. Les pays sont répartis en deux poules de quatre et c’est le vainqueur de chacune de ces poules qui obtient sa qualification pour la finale. .


Les résultats des six matchs de chaque groupe :
A
RFA-Tchécoslovaquie (1-0), Grèce-Pays-Bas (0-1), Grèce- Tchécoslovaquie (1-3), Pays-Bas-RFA (2-3), Pays-Bas-Tchécoslovaquie (1-1), Grèce-RFA (0-0).
B
Angleterre-Belgique (1-1), Espagne-Italie (0-0), Angleterre-Italie (0-1), Belgique-Espagne (2-1), Angleterre-Espagne (2-1), Belgique-Italie (0-0).

L’Allemagne de l’Ouest (RFA) et la Belgique sortent vainqueurs de ces matchs de poule. La finale entre ces deux nations, jouée au Stade olympique de Rome, voit une nouvelle victoire de l’équipe d’Allemagne grâce à deux buts de Horst Hrubesch contre un seul de René Vandereycken sur penalty. Le match pour la troisième place (qui se joue pour la dernière fois) oppose l’Italie à la Tchécoslovaquie. Les Tchèques l’emportent aux tirs aux buts.

Dans l'équipe de Belgique finaliste jouait Erik Gerets, futur entraîneur de l'OM.
Nombre de buts en phase finale : 27.
Meilleure attaque : République fédérale d’Allemagne (6 buts).
Meilleur buteur : Klaus Allofs (Allemagne) 3 réalisations.
France 1984 : Platini offre le titre aux Bleus

Pour l'Euro 1984 qui se déroule en France, le format est à nouveau modifié :
les deux premiers de chaque groupe disputeront une demi-finale pour pouvoir accéder à la finale.
A
France-Danemark (1-0), Belgique-Yougoslavie (2-0), France-Belgique (5-0), Danemark-Yougoslavie (5-0), France-Yougoslavie (3-2), Danemark-Belgique (3-2).
B
RFA-Portugal (0-0), Roumanie-Espagne (1-1), RFA-Roumanie (2-1), Portugal-Espagne (1-1), RFA-Espagne (0-1), Portugal-Roumanie (1-0).
Les deux premiers de chaque groupe se qualifient pour un dernier carré à haute densité cette année-là puisque l’on y retrouve, outre les Français, les Portugais, les Danois et les Espagnols.

Premiers qualifiés pour la finale, les Français, qui battent le Portugal

C'est un superbe match qui voit la France l'emporter 3 à 2 à la 120eme minute.

But de Platini au bout de la nuit, sur une action fantastique de Tigana.

Le Vélodrome en folie!!!
Ils sont suivis un jour plus tard par les Espagnols qui passent l’obstacle des Danois aux tirs au but (5 à 4) après un match nul 1-1.

En finale, le 27 juin au Parc des Princes, la France domine l'Espagne 2-0 à Paris grâce à un coup franc de Michel Platini (57e) et une belle montée de Bruno Bellone (90e).
Lors de la compétition, Platini réalise un total record de neuf buts, deux du pied gauche, cinq du pied droit et deux de la tête.

Ce record n'a toujours pas été battu, la deuxième meilleure performance d'un buteur au cours d'un Euro étant de 6 buts.

Enfin, l'UEFA décide de ne plus faire jouer le match pour la troisième place comme c'était le cas auparavant.

Nombre de buts marqués en phase finale : 41.
Meilleure attaque : France (14 buts).
Meilleur buteur : Michel Platini (France) 9 buts
Allemagne de l’Ouest 1988 : les Pays-Bas, Gullit et Van Basten

La République fédérale d'Allemagne accueille la phase finale de la huitième édition de l’Euro du 10 au 25 juin.
La configuration de la compétition est strictement la même qu'en 1984.

La France, tenante du titre, est prématurément éliminée lors des matchs de qualification.
Les huit pays qualifiés pour la phase finale : Allemagne de l’Ouest, Italie, Espagne, Danemark (groupe A), Angleterre, Pays-Bas, URSS et la surprenante Irlande (groupe B).
A
RFA-Italie (1-1), Danemark-Espagne (2-3), RFA-Danemark (2-0), Italie-Espagne (1-0), RFA-Espagne (2-0), Italie-Danemark (2-0).
B
Angleterre-Irlande (0-1), Pays-Bas-URSS (0-1), Angleterre-Pays-Bas (1-3), Irlande-URSS (1-1), Angleterre-URSS (1-3), Irlande-Pays-Bas (0-1).

Les demi-finales ne sont pas favorables aux Allemands, qui s’inclinent le 21 juin au Volksparkstadion de Hambourg 1-2 face aux Pays-Bas. L’Union soviétique empoche quant à elle le ticket pour la finale en battant l’Italie 2 à 0, un jour plus tard, au Neckarstadion de Stuttgart.

En finale (arbitrée par le Français Michel Vautrot), les Pays-Bas l'emportent sur l'URSS 2-0, une tête de Ruud Gullit (33e) et une superbe volée de Marco van Basten (54e).


Nombre de buts marqués en phase finale : 34.
Meilleure attaque : Pays-Bas (8 buts).
Meilleur buteur : Marco van Basten (Pays-Bas) 5 buts
Suède 1992 : nouvelle donne en Europe

La neuvième édition, qui s’ouvre le 10 juin va être l’une des plus surprenantes de toute l’histoire du Championnat d’Europe des nations. L’histoire, tout d’abord impose de grands changements : l’Allemagne joue réunifiée, l’URSS n’est plus et la compétition accueille une nouvelle Communauté des Etats indépendants (CEI) qui regroupe les restes de l’Union soviétique ; la Yougoslavie, en pleine guerre civile et malgré un brillant parcours qualificatif va être exclue de la phase finale et remplacée au pied levé par l’équipe du Danemark…

Les sept autres pays qui jouent la phase finale de l’Euro 92 sont la Suède, l’Angleterre, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la CEI et l’Ecosse.

A
Suède-France (1-1), Danemark-Angleterre (0-0), France-Angleterre (0-0), Suède-Danemark (1-0), Suède-Angleterre (2-1), France-Danemark (1-2)
B
Pays-Bas-Ecosse (1-0), CEI-Allemagne (1-1), Ecosse-Allemagne (0-2), Pays-Bas-CEI (0-0), Pays-Bas-Allemagne (3-1), Ecosse-CEI (3-0).
A Solna le 21 juin, la première demi-finale oppose l’Allemagne à la Suède. Les joueurs de Berti Vogts l’emportent par 3 buts à 2. La deuxième demi-finale (le 22 juin à Göteborg) oppose les surprenants Danois aux Hollandais. Menés 2 à 0 à quelques encablures de la fin de la rencontre, les Oranges remontent au score avec Bergkamp et Rijkaard. Mais, après des prolongations stériles, un échec de van Basten dans l’épreuve des tirs au but propulse les Danois en finale. Lesquels vont remporter 2 à 0 l’ultime rencontre face à l’Allemagne grâce à des réussites de Jensen (18e) et de Vilfort (78e). Dotés d’un simple statut de remplaçants, les Danois ramènent la Coupe Henri-Delaunay à Copenhague après un Euro d’un niveau assez faible.

Nombre de buts marqués en phase finale : 32.
Meilleure attaque : Allemagne (7 buts).
Meilleurs buteurs : Henrik Larsen (Danemark), Karl-Heinz Riedle (Allemagne), Dennis Bergkamp (Pays-Bas), Tomas Brolin (Suède) 3 réalisations.
Angleterre 1996 : troisième titre pour l’Allemagne

Avec désormais 47 participants issus de tous les coins du Vieux Continent (plus Israël) présents dans les phases qualificatives, l’Euro fait sa révolution et la phase finale adopte un nouveau format à 16 équipes. Celles-ci sont réparties en quatre groupes de quatre. Et les deux meilleures équipes de chaque groupe se qualifient en quarts de finale. Autres évolutions, la victoire « vaut » trois points et le « but en or » (synonyme d’élimination instantanée) fait son apparition.
Voici les seize équipes qualifiées pour la phase finale (du 8 au 30 juin) : groupe A, Pays-Bas, Angleterre, Ecosse, Suisse ; groupe B, Espagne, Bulgarie, France, Roumanie ; groupe C, Italie, Allemagne, République tchèque, Russie ; groupe D, Danemark, Portugal, Croatie, Turquie.

Les quarts de finale vont opposer l’Angleterre à l’Espagne (0-0, 4 tirs au but à 2 pour les Anglais) ; l’Allemagne à la Croatie (2-1) ; la France aux Pays-Bas (0-0, 5 tirs au but à 4 pour les Bleus) et le Portugal à la République tchèque (0-1). Les deux demi-finales ont lieu le 26 juin. A Londres, l’Allemagne élimine l’Angleterre aux tirs au but (match nul 1-1 après prolongations, puis 6 à 5) et à Manchester, les Français sont également sortis aux tirs au but par de pugnaces Tchèques (match nul 0-0 et 6 tirs à 5).
La finale voit l'Allemagne se défaire des Tchèques par 2 à 1 grâce à la formule du « but en or » inscrit dans les prolongations (95e) par Oliver Bierhoff, entré à la 68e minute de la rencontre.

Nombre de buts marqués en phase finale : 64.
Meilleure attaque : Allemagne (10 buts).
Meilleur buteur : Alan Shearer (Angleterre) 5 réalisations.
La France, trop frileuse, s'incline contre les Tchèques aux tirs au but en demi-finale mais prépare sa Coupe du monde qu'elle remportera deux ans plus tard.
En quart, c'est Bernard Lama qui qualifie les Français dans les tirs au but (voir ci-dessus)
Belgique et Pays-Bas 2000 : la France en or

La Belgique et les Pays-Bas organisent conjointement la phase finale de l’Euro 2000 qui se joue du 10 juin au 2 juillet. L’organisation confiée à deux pays est une première en Europe.

Les seize équipes qualifiées : groupe A, Portugal, Roumanie, Angleterre, Allemagne ; groupe B, Italie, Turquie, Belgique, Suède, groupe C, Espagne, Yougoslavie (Serbie et Monténégro), Norvège, Slovénie ; groupe D, Pays-Bas, France, République tchèque, Danemark. Au cours du tournoi, plusieurs « grosses » équipes ratent l’accession aux quarts : Angleterre, Allemagne, Belgique, Suède, République tchèque…

Les rencontres des quarts de finale se déroulent les 24 et 25 juin. Elles opposent le Portugal à la Turquie (2-0), l’Espagne à la France (1-2), les Pays-Bas à la Yougoslavie (6-1) et l’Italie à la Roumanie (2-0).
En demi-finales, le 28 juin, la France bat le Portugal 2 à 1 après prolongation. Les Bleus doivent leur victoire à Zidane, qui marque in extremis un penalty à la 119e minute de la rencontre.

Un jour plus tard, les Italiens se qualifient pour la finale de Rotterdam en éliminant les Pays-Bas aux tirs au but (match nul 0-0, 3 tirs à 1).
Le tournoi 2000 s'achève par une finale à suspense (égalisation des Bleus à une minute du coup de sifflet final) débloquée par le « but en or » de David Trezeguet lors des prolongations. C’est le deuxième titre européen pour la France, sacrée championne du monde deux ans plus tôt.

France - Italie 2 - 1 le détail


Nombre de buts marqués en phase finale : 85.
Meilleures attaques : France et Pays-Bas (13 buts).
Meilleurs buteurs : Patrick Kluivert (Pays-Bas), Savo Milosevic (Yougoslavie) 5 réalisations.
Portugal 2004 : surprenante Grèce !

Le douzième Euro se déroule au Portugal du 12 juin au 4 juillet. Son architecture est la même que l’édition précédente : seize équipes réparties dans quatre poules de quatre pays qui luttent pour accéder aux quarts de finale. Les équipes qualifiées pour la phase finale sont les suivantes : groupe A, Portugal, Grèce, Espagne, Russie ; groupe B, France, Angleterre, Suisse, Croatie, groupe C, Suède, Bulgarie, Danemark, Italie ; groupe D, république tchèque, Allemagne, Lettonie et Pays-Bas. Espagne, Russie, Italie et Allemagne sont les équipes importantes qui quittent le Portugal dès le premier tour.
Lors des quarts de finale (24-27 juin), les Portugais battent l’Angleterre aux tirs au but (match nul 2-2, 6 tirs à 5), les Hollandais éliminent la Suède également aux tirs au but (match nul 0-0, 5 tirs à 4), la Grèce vient à bout des Français 1 à 0 et les Tchèques sortent les Danois sur le score sans appel de 3 à 0.
En demi-finales, les Portugais à domicile viennent à bout des Pays-Bas par 2 à 1 le 30 juin à Lisbonne ; de leur côté, les Grecs s’ouvrent les portes de la finale en battant la République tchèque, après prolongations, par 1 but à 0.
En finale, l’équipe grecque, entraînée par l'Allemand Otto Rehhagel, et considérée comme un outsider, s’impose face au Portugal avec un seul but d'Angelos Charisteas.
Nombre de buts marqués en phase finale : 77.
Meilleures attaques : Angleterre et République tchèque (10 buts).
Meilleur buteur : Milan Baros (République tchèque) 5 réalisations.
Suisse Autriche 2008, Enfin l'Espagne

Quarante-quatre ans après sa dernière victoire dans un Euro, l'Espagne est de nouveau sur le toit de l'Europe.
La Seleccion a dominé l'Allemagne (1-0), dimanche à Vienne, en finale de l'édition 2008.
Les Ibériques ont mené à la 33e minute grâce à un but de l'attaquant de Liverpool Fernando Torres.
La Mannschaft a eu beaucoup de mal à inquiéter Casillas, les Espagnols se créant les meilleures occasions en seconde période.
Les Espagnols ont oublié la défaite en 1984 face aux bleus de Michel Platini.
L'Espagne a eu une maîtrise totale sur cette finale de l'Euro 2008.

Dominateurs dans tous les compartiments du jeu, les coéquipiers de Xavi se sont créés une pléiade d'occasions et méritent amplement ce succès.
La bande des Torres, Xavi et Villa succède à celle de Suarez, Pereda et Marcelino, conquistadors d'une époque où l'Euro se jouait à quatre.
Avant l'élargissement à 24 équipes pour la prochaîne édition, les Espagnols ont bien mérité de l'Europe.
"Je suis simplement heureux".
Michel Platini a vécu son premier Euro, en tant que président de l'UEFA, avec beaucoup de joie et de bonheur.
Que ce soit l'ambiance dans les stades austro-suisses ou le jeu pratiqué durant ce mois de juin, l'ancien chef de file des Bleus a plus qu'apprécié.
"L'atmosphère a été belle et conviviale, les supporters ont été super, et l'ambiance dans les « fanzones » était géniale», estime Michel Platini. « L'UEFA est heureuse de voir le football donner ainsi une belle image de lui ».
pour conclure, l'EURO 2008 a consacré l'équipe espagnole,, la France étant la grande déception du tournoi.
Pologne Ukraine EURO 2012
c'est rebelote, à nouveau l'Espagne


Seule sur le toit du monde en résistant à tous les vents. L’Espagne n’est plus désormais une équipe de football mais une légende vivante. Avec son succès (4-0) sur l’Italie, elle est la première sélection de l’histoire à faire main basse sur deux Euros (2008 et 2012) et une Coupe du monde (2010) en quatre ans. Dans quelques dizaines d’années, on racontera encore la belle épopée de cette Roja.

Les enfants ouvriront de grands yeux et les anciens se souviendront avec nostalgie. Cette génération ibérique va marquer les mémoires. Arrivée à l’Euro avec une pancarte géante de favorite dans le dos, l’Espagne a surmonté tous les obstacles. Avec intelligence, puissance et une technique hors pair, agrémentées de la réussite qui escorte toujours les champions.
L’Italie, tellement séduisante depuis le début de la compétition, a comme les autres trouvé son maître. Paradoxalement, la lourde défaite paraît moins amère. « Contre l’Espagne, on accepte plus sereinement de perdre, confie le capitaine italien Gianluigi Buffon. C’était une belle aventure. En finale, il faut gagner mais là, on a joué contre une équipe d’une valeur inestimable. » Le sélectionneur italien, Cesare Prandelli, a ajouté : « Ce soir, on n’avait plus rien dans le réservoir. »
Quant à la France, Bonnet Blanc,
Blanc Bonnet, y a rien à voir
Euro 2016 en France Tous les détails
Au bout de la nuit, le Portugal a arraché au Stade de France le premier Euro de son histoire.
1 à 0 après prolongation sur un but d'Eder à la 109eme minute
La désillusion est à la hauteur des espérances suscitées par les joueurs de l’équipe de France.
Au sortir de leur victoire face à l’Allemagne en demi-finale de leur Euro, les Bleus partaient favoris face au Portugal
Cette finale du Championnat d'Europe a longtemps été indécise et stressante, mais ce fut une rencontre d'un niveau très moyen, avec deux équipes qui n'avaient pas forcément envie de se livrer.

Et la sortie sur blessure de Cristiano Ronaldo, en larmes sur la civière, après 25 minutes n’a pas arrangé les choses quant à la qualité du jeu.

Les Français se sont procurés des occasions par Griezmann, remuant mais un peu fatigué, et Gignac trouva le poteau à la dernière minute du temps réglementaire.

Cruel.....