9 Septembre 1956 Sedan et l'OM 1 à 1

Sommaire
9 Septembre1956 Sedan OM 1 à 1 (1 - 1) 8 453 Spectateurs
Arbitre Mr Lequesne
OM DOMINGO, GRANSART, JOHANSSON, MOLLA, SCOTTI, MARCEL, RUSTICHELLI, DUCASSE, ANDERSSON, MERCURIO, PALLUCH Entraineur ROBIN
SEDAN ROSZAK, CARPENTIER, ELOY, FULGENZY, PASCAL, Christian. OLIVER, BRENY, SALZBORN, TILLON,Célestin. OLIVER, CUENCA Entraineur DUGAUGUEZ
BUTS RUSTICHELLI (2')BRENY (24')
L'Olympique de Marseille conserve une excellente cote auprès du public sedanais qui était venu en foule au stade Albeau. Cette cote, les joueurs de l'O.M. l'ont parfaitement justifiée en réalisant ici leur meilleur match depuis le début de la saison, et ils n'ont certes pas volé le résultat nul (1-1) qui a sanctionné leur confrontation avec les "ardents Ardennais".
Ceuxrèi furent, comme on dit, cueillis à froid, puisque dès la deuxième minute de jeu, l'O.M. comptait un but à son actif, but marqué par le rapide Rusticelli, après qu'Andersson eut tiré sur la transversale, à la suite d'une erreur de Pascal. L'O.M. sembla tout surpris de cette rapide réussite et s'organisa immédiatement pour préserver son avantage... inespéré.
De sa position d'ailier gauche Palluch (n° 11) passa arrière, et si, à la faveur de ce chassé-croisé, Jean-Jacques Marcel devint théoriquement intérieur droit, notre demi international eut surtout le souci de demeurer en arrière-garde, ne prêtant main-forte à l'attaque que lorsque l'O.M. parvenait à se dégager de la pression ardennaise.
Celle-ci fut aussi massive en première mi-temps que l'était... la défense marseillaise. Mais cette dernière, son gardien Domingo en tête, qui accomplit alors des prodiges, tint remarquablement le choc et ne s'inclina qu'une seule fois, à la 21e minute, but réussi par Breny, en conclusion d'un départ de Tillon, excellemment relayé par Salzborn.


Entrecoupant cette pression l'O.M. parvenait épisodiquement à se dégager et, partant de ses positions défensives, à organiser un excellent jeu collectif au milieu du terrain sous l'impulsion de Scotti et Marcel, qui brillent tous deux, on le sait, à ce jeu. Et cet aspect se dessina d'autant plus en seconde mi-temps, que, de son côté, Sedan, payant sans aucun doute ses efforts antérieurs, accusait un fléchissement assez sensible. Cette seconde mi-temps fut donc, sur le plan territorial s'entend, beaucoup plus équilibrée que la première.
Chacune des deux équipes y connut alternativement sa chance, avec des actions marseillaises plus stylisées, des efforts sedanais plus denses, mais des occasions de but assez égales de part et d'autre,;. Sur l'une d'elles, au cous d'un des nombreux corners concédés par la défense marseillaise, Salzborn logea directement la balle dans les filets de Domingo, mais le but fut refusé par l'arbitre, M. Lequenne, pour faute d'un attaquant de Sedan contre le gardien de l'O.M.
Et le résultat demeura ce qu'il était en fin de première mi-temps. Le match nul, somme toute, éait équitable, car si Sedan avait fait le plus souvent ce qu'on appelle le forcing, l'O.M. de son côté avait fort bien repliqué du tac au tac et, à ce jeu, le onze marseillais avait confectionné un football collectif tèrs clair et très ordonné au milieu du terrain, grâce auquel il s'assura, sinon autant d'occasions de conclure, tout au moins des occasions aussi dangereuses que son rival. Ainsi ce match Sedan-Marseille fut-il à la fois animé, vivement mené, très indécis et, ce qui ne gâte rien, très correctement joué par les deux équipes. Ses vedettes en furent l'avant centre sedanais Tillon et le gardien marseillais Domingo, ainsi que les coéquipiers de ce dernier, Molla, Scotti et Marcel.