24 Février 1957 l'OM bat Valenciennes 4 à 1

Résumé Saison
24 Février 1957 OM bat Valenciennes 4 à 1 (1 - 0)
Arbitre Mr Montillot, 10298 Spectateurs
Buts HUGUES (31' c.s.c.), VESCOVALI (74'), MARCEL (76'), JENSEN (83') CESARI (64')
OM DOMINGO - MOLLA, JOHANSSON, PALLUCH - MARCEL, MESAS -RUSTICHELLI, JENSEN, ANDERSSON, SCOTTI, VESCOVALI , Entraineur ROBIN
VALENCIENNES HUGUES - CAUWELIER, FOIX, KRYSKE - TORIS, CHIARELLI - CESARI, PUCCAR, PLEWA, STAKO, VAN RHYJN Entraineur DOMERGUE
Valenciennes victime du dernier quart d'heure

Le math O.M.-Valenciennes s'est joué dans le dernier quart d'heure. Marseille l'a gagné par 4 buts à 1, score qui paraît bien lourd pour une équipe qui fit longtemps jeu égal avec son adversaire.
Robert Domergue, l'entraîneur de V.A., le déplorait du reste, car, selon lui, les deux premiers buts marseillais étaient entachés d'irrégularité, le premier pour charge d'Andersson sur Hugues, le deuxième pour hors-jeu de Vescovali.
Avec une louable objectivité, Domergue reconnaisait cependant : "Lorsque les Marseillais ont rué dans les brancards, ils ont été percutants."
Cette "percussion" leur permit du reste d'obtenir une nette victoire longtemps mise en balance par les Valenciennois et qui se fit malheureusement trop attendre au gré des supporters marseillais contraints d'assister 75 minutes sur 90 à une véritable partie de poker.
Jusqu'à la pause Hugues avait été beaucoup plus sollicité que Domingo. Il s'en tira avec brio. Mais lorsque le goal marseillais se fut à son tour incliné, tout paraissait devoir sourire aux visiteurs. D'autant plus que, comme le déclarait ironiquement Jean Robin
"on assista alors à une sensationnelle exhibition à contre-sens, durant la première demi-heure qui suivit la pause, de l'équipe marseillaise".
Fort heureusement, Johansson secoua l'apathie de ses coéquipiers en les poussant, aidé de Mésas, Scotti et même Marcel, qui joua bien que malade, sans arrêt en attaque, en lançant le jeune et excellent Vescovali, l'intelligent Jensen... et les autres.

Tous, pris dès lors dans le tourbillon, durent se plier au rythme et c'est ainsi que, brusquement retrouvée l'efficacité de l'offensive, Marseille fit trembler trois fois encore les filets de Hugues pourtant excellent.
Valenciennes ne s'avoua jamais vaincu. Cette volonté d'ailleurs faillit bien étouffer dès leur naissance les velléités provençales lorsqu'à la 66e minute Plewa seul devant Domingo, manqua sur centre de Puccar la balle de match.
Il est probable que menant au score, Valenciennes n'aurait pas été vaincu. En tout cas, jusqu'à un quart d'heure de la fin, l'équipe marseillaise qui craignit longtemps pour ses favoris.
Ceux-ci ne donnèrent jamais, hormis dans le dernier quart d'heure, l'impression d'ête irrésistibles. Fort heureusement pour eux, avec un Johansson retrouvé, le jeune Vescovali, qui a gagné ses galons d'équipier premier, lui a apporté un sang combien généreux et lui a redonné le sens de l'efficacité.