OM Olympique de Marseille

Lyon OM 5 - 5, dans l'histoire

ACCUEIL Saison 2009/2010
LYON - OM : 5-5 ( 2 - 2)
Arbitre Mr Bré, 38000 Spectateurs
Buts : Pjanic (3e), Govou (14e), Lopez (81e, 84e sp) et Bastos (90e) pour l'OL - Diawara (11e), Cheyrou (44e), Koné (47e), Brandao (79e) et Toulalan (92e csc) pour l'OM
OM Mandanda - Bonnart, Diawara, Hilton, Heinze - Mbia, Cheyrou puis Cissé 68e- Abriel - Koné puis Valbuena 57e, Brandao, Niang
Lyon Lloris - Gassama, Cris, Toulalan, Cissokho -Pjanic, Makoun, Källström puis Bastos 68e- Govou puis Delgado 80e, Lisandro, Ederson puis Gomis 55e
Une soirée de folie !
L'OM version 2009-2010 est souvent décrié pour ses égarements défensifs.
Les hommes de Didier Deschamps trouvent toujours les ressources morales pour repartir à l'abordage sans jamais donner le sentiment de douter.
Alors que l'OL donnait l'impression d'avoir fait le plus dur (deux buts de Pjanic et Govou contre un de Diawara), les Olympiens ont continué à pousser sans jamais montrer de signe de lassitude.
Un état d'esprit irréprochable qui a fini par avoir raison de la maison rhodanienne.
Bien aidé par un Lloris qui n'a pas marqué de points en vue des matches de barrages de l'équipe de France, l'OM a su revenir au score grâce à Cheyrou (44e), puis prendre l'avantage par Koné (47e) avant de creuser l'écart par Brandao (79e).
Un break qui semblait sceller définitivement le sort du match.
L'OL n'a cependant rien à envier à son homologue phocéen sur le plan mental.
Avec deux buts de retard, nombre d'équipes auraient renoncé, baissé la tête et déposé les armes.
Porté par Lisandro, Lyon a réussi un retournement inimaginable.
Le buteur argentin, d'une géniale balle piquée (81e) puis sur penalty douteux pour une main involontaire de Heinze (84e), a permis à son équipe à revenir à hauteur en moins de cinq minutes avant que Bastos, à l'issue de action à une touche de balle, n'enflamme les travées de Gerland à la dernière minute de jeu...
La victoire semblait en poche, la place de leader acquise, mais l'OM ne méritait pas ça. Reparti avec l'énergie du désespoir dans la moitié de terrain adverse, Marseille voyait, au terme d'un cafouillage, Toulalan leur offrir le point du match nul...
Un score qui fait le bonheur de tout le monde, des deux équipes, des spectateurs et aussi de Bordeaux qui garde sa place de leader.
5-5 entre Lyon et Marseille. Sans polémique liée à l'arbitrage. Sans expulsion. Avec du foot, rien que du foot, beaucoup d'engagement chez les vingt-deux joueurs, quelques erreurs de quadrillage ou de marquage, bien sûr, mais avec surtout du talent (Lisandro, Pjanic, Niang, Abriel...) et une soif inextinguible de gagner. C'est simple, le Championnat de France de L1 n'avait pas vu autant de buts depuis 1984 et un Nîmes - Metz de folie (3-7).
Le 4-4 de janvier 1973 et le 8-0 de mai 1997 entre les deux équipes ont été pulvérisés. Ce 5-5 était le cinquième de l'histoire du Championnat : le dernier remontait à 1957 et les trois autres dataient des années 30. On est encore loin des 13 buts qui constituent le record absolu du Championnat : 12-1 lors d'un Sochaux - Valenciennes d'août 1935, 3-10 lors d'un Marseille - Saint-Etienne de septembre 1951, et 11-2 lors d'un RC Paris - Metz en novembre 1961.
Le 20 mars au Vélodrome, peut-être.