OM Olympique de Marseille

Lorient OM 1 - 2

ACCUEIL Saison 2009/2010
L'OM sera Champion de France à l'issue de la saison
Lorient OM 1 - 2 (0 - 0)
16 Décembre 2009

Arbitre Mr Turpin
But Vahirua 52eme sp, Ayew 68eme, Diawara 92eme
OM
Mandanda - Bonnart, Diawara, Henize, Taiwo - Abriel, M'Bia puis Cissé 76eme, Cheyrou puis Valbuena 56eme, Lucho - Koné, Morientes puis Ayew 63eme-
Lorient
Audard - Sosa, Genton puis Baca 78eme, Koscielny, Le lan - Amalfitano, Mansouri, Mvuemba puis Ducasse 63eme, Diarra - Gameiro, Vahirua puis Fanchone 81eme-
Ces trois points ont été arrachés au forceps. Ils n'en demeurent pas moins précieux. En ramenant un succès de Lorient (1-2) mercredi soir, l'OM a engrangé sa troisième victoire de rang. Celles obtenues à Nice (3-0) et face à Boulogne-sur-Mer (2-0) s'étaient dessinées assez vite. Celle empochée au Moustoir a un air de déjà-vu. Comme l'an passé, Marseille était mené 1-0 chez les Merlus. Comme l'an passé, il a su inverser la tendance dans les ultimes secondes. Gagner trois rencontres d'affilée : l'équipe de Didier Deschamps n'y était jamais parvenue cette saison.
Conjuguée au revers de Montpellier face à Bordeaux, cette série, inédite, lui est bénéfique sur le plan comptable. Elle permet aux Phocéens de chiper la deuxième place aux Héraultais. Et de rester à six longueurs du leader girondin, avec toujours un match en moins.

Pendant plus d'une heure, rien ne laissait présager que l'OM serait capable de mettre un terme à l'invincibilité lorientaise à domicile. Car si la première période fut plus favorable aux défenses qu'aux attaques, la seconde a vu les Merlus repartir pied au plancher. La formation de Christian Gourcuff a alors développé son jeu en mouvement, si chatoyant, si déroutant.
Elle n'a pas mis longtemps pour prendre de vitesse l'arrière-garde olympienne. Et notamment Heinze, dont la faute sur Amalfitano a offert un penalty transformé avec sang froid par Vahirua (1-0, 53e).


Privée de Niang et de Brandao, emmenée par un Fernando Morientes une nouvelle fois fantomatique, l'attaque marseillaise s'était jusqu'ici montrée d'une timidité aussi affligeante que surréaliste : un seul tir cadré en soixante-cinq minutes.
C'est en remplaçant l'Espagnol par Jordan Ayew et en troquant son 4-3-3 pour un 4-4-2 plus ambitieux que l'OM a su forcer le verrou breton.
A peine entré en jeu, le fils d'Abedi Pelé a rapidement fait honneur à son glorieux ainé. Servi sur un plateau par Koné, il a signé ses débuts en Ligue 1 par son premier but parmi l'élite (1-1, 68e).

Orchestrées par Lucho, les offensives marseillaises se sont multipliées à mesure que l'engagement physique des Lorientais diminuait à vue d'œil. L'influence du stratège argentin sur le jeu phocéen fut criante.
Elle s'est matérialisée dans les arrêts de jeu, lorsque son caviar a trouvé la tête victorieuse de Souleymane Diawara (1-2, 90e+2).
A Lorient, cet OM à réaction n'a appuyé sur l'accélérateur que lorsqu'il était dos au mur. Cela lui offre de nouvelles certitudes avant de se rendre à Saint-Etienne samedi.