OM Olympique de Marseille

Jaguare Vasconcellos, le Jaguar Brésilien

Vasconcellos (Jaguare de Besvecoune).
Né au Brésil à une date indéterminée (il l'ignorait lui-même), le Jaguar est l'un des héros quasi mythique de la grande aventure olympienne.
Ses arrêts étonnants comme ses fantaisies dans la cage et sa verve intarissable firent de ce gardien mulâtre venu de Vasco de Gama via Barcelone l'une des grandes attractions de l'O.M. des années trente.
Mort pendant la guerre, au Brésil, dans des circonstances mystérieuses.
Vasconcellos avait la particularité d'arreter les pénalties mais aussi de les marquer.
Il prennait un malin plaisir à décontenancer ses adversaires en prenant des paris.
Avec Korany du FC Sete, grand tireur de coup-franc, le tête à tête ne manquait pas de sel.
Son jour de gloire en la matière intervint le 1er mai 1938, à Sète, où, à deux journées de la fin, les deux rivaux sudistes s'affrontaient dans un sommet de la dernière chance, finalement sans vainqueur (1-1), ce qui allait quasi offrir le titre aux Doubistes (Sète terminera troisième à 3 points de Sochaux et l'OM deuxième à 2 points).
Or, au cours de ce match capital, Vasconcellos fit preuve d'une décontraction déconcertante... et décisive puisqu'il se trouva impliqué dans les trois penalties sifflés par l'excellent arbitre bordelais, Roger Conrié.
Le premier le fut en faveur de l'OM. Kohut absent, Aznar légèrement touché, le capitaine Ferdi Bruhin -peu disposé à le tenter lui-même- désigna le gardien brésilien, qui arriva les bras ballants et tout sourire, ne prenant même pas la peine de replacer le ballon, comme le font pourtant tous les tireurs, dans tous les pays du monde et dans toutes les Divisions.

"Là !" se contenta-t-il de dire, en indiquant un coin à son vis-à-vis René Llense, qui n'était tout de même pas le premier venu ; déjà détenteur de neuf sélections en équipe de France, le Sétois disputait le poste à Laurent Di Lorto dont il allait être, quelques jours plus tard, le remplaçant durant la Coupe du monde française.
Llense eut tort de ne pas suivre l'indication.
Car le ballon, expédié d'un insolent "pointu", finit sa course exactement où annoncé, près de son poteau gauche.
Vasconcellos venait d'égaliser, effaçant le but que le Hongrois Désiré Koranyi avait inscrit (de la tête bien sûr) dès la 15e minute.
Aujourd'hui encore, il demeure le seul gardien ayant inscrit un but pour l'OM au cours d'un match de Championnat.
Regagnant sa cage, il put dire à Bruhin, venu à sa rencontre :
"Tou es content, Napoléon ?" Il l'appelait ainsi en raison d'une mèche en forme d'accroche-coeur que le Suisse portait sur son front.
Mais l'histoire ne s'arrête pas là puisque, dans la foulée, Sète allait manquer deux penalties !
Que Vasconcellos leur ait ou non fait perdre leurs moyens en les branchant sur son thème favori ("No possible marquer oun bout' au grand Vasconcellos !"), le vétéran espagnol Domingo Balmanya (34 ans) comme le jeune Pierre Danzelle (18 ans) échouèrent tout à tour en effet devant le Brésilien, l'un tirant au-dessus et l'autre dans les bras du Jaguar, immobile et souriant ...
à suivre dans La Grande Histoire de l'OM d'Alain Pécheral