OM Olympique de Marseille

Coupe de France 1940 Racing OM 2 à 1

5 mai 1940 Parc des Princes
Racing Club de Paris bat OM 2 à 1 ( 1 - 1 )


Arbitre Mr Delasalle, 25969 spectateurs
Buts Roulier (25eme) , Mathé (70eme) Aznar (16eme)
OM Delachet - Gonzales, Malvy - Bastien, Max Conchy, Durand - G. Dard, Heiss, Aznar, Eisenhoffer, Donnenfeld.
Racing Hiden - Dupuis, Diagne - Zabalo, Jordan, Rouelle - Mathé, Hilti, Roulier, Heisserer, Weiskopf
Septembre 1939. La France est en guerre et nos footballeurs sous l'uniforme. La situation du moment permet pourtant à la F.F.F.A. de maintenir une certaine activité sportive.
C'est ainsi que la commission professionnelle va créer une "compétition nationale" scindée en trois zones, Nord (9 clubs), Sud-Est (6 clubs), et Sud-Ouest (6 clubs).
L'épreuve débutera fin octobre. Elle se déroulera tant bien que mal, dans le climat tendu de la "drôle de guerre", avec le plus souvent des équipes de fortune.
Et pour les trois vainqueurs de groupe, Football Club de Rouen, O.G.C.C. Nice et Girondins de Bordeaux, il ne sera malheureusement plus question, au printemps 1940 de jouer la poule finale, inscrite au programme.
De son côté la Coupe de France a débuté le 17 décembre. Avec 778 engagés (chiffre record !), il va falloir accélérer le rythme des tours successifs. Après des demi-finales pléthoriques (Racing-Rouen 8-4, Marseille-Lens 9-1), la finale sera jouée le 5 mai Parc.

Par 2 but à 1, au terme d'une finale très indécise, le R.C. Paris viendra à bout d'une équipe marseillaise ayant, comme sa rivale, récupéré ses "anciens" : Aznar, Bastien, Gonzales, Conchy, Eisenhoffer Durand,
et qui aligne elle aussi des deux jeunes Jacques Delachet et Georges Dard.
Pour cet événement, le Racing a pu disposer de ses militaires, Dupuis, Diagne, Heisserer, Mathé ainsi que Rudi Hiden et Henri Hiltl, qui portent ausi, comme leur ami Jordan, l'uniforme français.
Seul Emile Veinante a été retenu aux Armées.
En son absence, les symboliques galons de capitaine de l'équipe seront confiés au jeune avant-centre de vingt ans René Roulier.

C'était le 5 mai 1940, disions-nous,.
Dix jours plus tard les blindés allemands entraient en France, et le 13 juin, Paris était occupé.