1958 Brésil France 5 - 2

Accueil Sommaire
24 Juin Stockholm (Rasunda stadium)
France - Brésil : 2 - 5 (1 - 2)
Spectateurs : 27 100
Arbitre : M. Griffiths (Hollande)
Buts : Vava (2e), Fontaine (9e), Didi (39e), Pelé (52e, 64e, 75e), Piantoni (82e)
>France : Abbes - Kaelbel, Jonquet, Lerond- Penverne, Marcel - Wisnieski, Fontaine, Kopa, Piantoni, Vincent.
Brésil : Gilmar - De Sordi, Bellini, Orlando, Santos Nilton. - Zito, Didi - Garrincha, Vava, Pelé, Zagalo.
Après leur succès contre l'Irlande, l'enthousiasme est tel en France qu'on pense que les tricolores vont gagner la Coupe du monde.
Il n'empêche qu'à leur entrée sur la pelouse du Rasunda Stadion de Solna, dans les faubourgs de Stockolm, les joueurs français sont contractés.
Bien sûr, ils n'ont rien à perdre et comme s'est attaché à le leur répéter Albert Batteux, leur entraîneur, c'est déjà merveilleux d'être là, mais enfin, on ne dispute pas tous les jours une demi-finale de la Coupe du Monde.
Une certaine pâleur se lit sur les visages et d'entrée tout commence mal : une faute de défense inhabituelle de Robert Jonquet, un tacle désespéré qui ne fait que repousser le ballon dans les pieds de Garrincha.
Quand Jonquet se relève, Vava, l'avant-centre brésilien qui effectue sa rentrée, a marqué.
On joue depuis moins de deux minutes.
Comme entrée en matière, on pourrait rêver mieux...
Pourtant six minutes plus tard, l'équipe de France a égalisé.
Un exploit de Kopa, la balle à Fontaine qui crochète le gardien brésilien Gilmar, et marque dans le but vide malgré un angle impossible.
Il a fallu attendre le cinquième match et la 368ème minute de jeu pour que la défense brésilienne concède son premier but.
C'est alors, que se déroule à plein régime le match de la meilleure attaque du Tournoi, celle de l'Equipe de France, contre la défense numéro un de la compétition, celle du Brésil.

Mais malheureusement, pour les tricolores, les Brésiliens disputent, en ce mardi 24 juin 1958 leur meilleur match de ce championnat du Monde suédois, en attaque comme en défense.
Pourtant la France fait face, comme elle le peut.
Mais il est décidément écrit que ce n'est pas le jour de la Fance, face à une équipe qui réalise un match de rêve.
Peu avant la mi-temps, alors que les deux équipes sont toujours à égalité : 1 but partout, Robert Jonquet, le Capitaine du onze de France, étonnamment crispé depuis de début du match lui qui compte plus de 50 sélections, Jonquet rate dans un moment d'affolement un amorti facile
Pour récupérer le ballon, il tente une intervention désespérée, et reçoit sur le sommet du péroné un coup de pied tout à fait involontaire de Vava. Jonquet doit quitter le terrain pour revenir, après la pause tenir le rôle d'un simple figurant, ce qu'il fera avec un grand courage.
A l'issue de la rencontre, la radiographie décèlera une fêlure du péroné.
Cinq minutes après l'accident qui a éliminé le demi-centre de l'équipe de France, Didi, d'un tir brossé de 25 mètres a donné l'avantage au Brésil qui mène par deux buts à un.
On peut regretter aujourd'hui que le réglement n'ait pas autorisé, à l'époque, le remplacement d'un joueur blessé, surtout en demi-finale de la Coupe du Monde : car, après tout, après 34 minutes de jeu entre Brésiliens et Français, le score était toujours de un à un et qui sait ?...
Raymond Kopa jettera toutes ses forces dans le bataille mais en vain.
Après le repos, le match bascule totalement en faveur des Brésiliens, et Pelé, qui dispute ce jour-là, son troisième match en équipe nationale, va marquer trois buts en 23 minutes, portant la marque à 5 à 1 ce qui était lourd pour les Français.
Pelé a 17 ans et après son exploit contre le Pays de Galles, ce match contre la France le consacre Grande Star Mondiale.
Il va devenir le plus grand joueur du monde et le rester jusqu'à aujourd'hui malgré le talent de Cruyff, Maradonna, Van Basten, Zidane ou Ronaldinho.
Heureusement, peu avant la fin de la rencontre, un joli but de Piantoni, ramène la défaite française à de plus justes proportions. Même avec onze joueurs valides, les tricolores n'auraient sans doute pas battu une équipe du Brésil, intouchable ce jour-là.
Mais ils auraient sans doute mieux défendu leurs chances.
C'était, après le match dans les vestiaires, leur seul motif de déception.

Le Brésil affrontera la Suède qui a battu l'Allemagne par 3 buts à 1.
pour la France, il s'agira de prendre la 3eme place face à l'Allemagne et à Fontaine de battre le record de buts de Kocsis (11 buts) de 1954.
Près de 48 ans plus-tard, Jean Jacques Macel nous a confié la chose suivante:
"Contre le Brésil, Robert Jonquet se brisa le péroné, et je pris sa place.
Jusque là, j'avais muselé Pelé, mais je me dis aujourd'hui que si le pauvre Albert Batteux avait fait passer Kaelbel à la place de Jonquet,en faisant reculer Vincent arrière, et en me laissant à ma place, peut-être aurions nous battu le Brésil"