OM Olympique de Marseille

Saison 2010/2011, le doublé pour le LOSC

ACCUEIL SOMMAIRE
Le LOSC remportait sa sixième Coupe de France. cinquante-six ans après. Plus d’un demi-slecle que le Lille Olympique Sporting Club, devenu LOSC
Lille Metropole en 1990, attendait ca.
Un trophée pour enfin depoussierer un palmares qui fut l'un des plus riches de l'après-guerre : deux titres de champion de France (1946 et 1954) et cinq Coupes de France en dix ans (1946, 1947, 1948, 1953 et 1955).
Face au Paris-SG, dans un Stade de France qu‘avaient rallié plus de vingt mille supporters lillois
Pour les hommes de Rudi Garcia, ce premier trophee validait aussi les efforts d’un club devenu depuis 2000 et son retour dans l'élite une des places fortes
du foot francais.
Le lendemain de la finale, l'OM était tenu en echec a Lorient et restait à trois points du LOSC. De quoi, pour les Lillois, s‘endormir en révant d’une apotheose en forme de doublé.

Mais la surprise de cette Coupe 2011 fut l'aventure de Chambéry
Bine sûr, toutes lles belles histoires ont une fin.
Celle de Chambéry s'est achevée à Grenoble face à Angers.
Le petit Poucet a trouvé son ogre et ce fut sans doute le moins attendu de ses rivaux jusque-là.
Après 10 rencontres et plus de cinq mois de compétition, les Savoyards s'arrêtent en quarts de finale, comme leurs illustres prédécesseurs de CFA2 (ou équivalent de 5e division) : Arras (1949), Rouen (1999), Schiltigheim (2003), et Carquefou (2008).
Angers, seulement 11e de L2, a réussi ce que n'avaient pas su faire Monaco (1-1, 2 tab à 3), Brest (1-1, 3 tab à 4) et Sochaux (1-2).
Face à Sochaux, le SOC avait également été mené à la pause avant de renverser la vapeur.
Contre Angers, le miracle ne se reproduirait pas, malgré toutes les bonnes volontés savoyardes. Le gardien Bemenou a longtemps repoussé l'échéance, notamment devant Charbonnier (34e) qui se heurtait ensuite à Bengriba (42e). Mais le secteur offensif savoyard n'a jamais paru en mesure de prendre en défaut son adversaire, bien trop souvent privé de ballon.
L'envie, évidente, n'a pas suffi à franchir une nouvelle marche ni la volonté du remuant Yahia-Bey
Revenu dans la course pour la montée en Ligue 2, invaincu depuis huit rencontres toutes compétitions confondues, Angers avait retrouvé des couleurs.
Le SCO atteint les demi-finales de la Coupe de France pour la première fois depuis 1969.

Lille, qui a éliminé Lorient aux tirs au but (0-0, 5-3 t.a.b.), et le Paris-SG, victorieux du Mans (L2) après prolongation (2-0), ont souffert pour rejoindre Angers et Nice en demi-finales de la Coupe de France mercredi.

Pourtant en infériorité numérique après l'exclusion à la 64e minute d'Ecuele Manga, les Lorientais ont poussé le leader de L1 à une nouvelle séance de tirs au but
Ce sont finalement les Lillois qui allaient se montrer les plus adroits, réussissant toutes leurs tentatives alors que Mvuemba ratait la sienne. (5-3 tab).
Brillant dans cet exercice face aux Canaris, Mickaël Landreau a cette fois bénéficié de la frappe hors cadre du Lorientais.
Les Nordistes atteignent les demi-finales de la Coupe de France pour la première fois depuis 1985.
Le LOSC rejoint Nice, Angers et le PSG dans le dernier carré, et s'offre le droit de rêver encore à un magnifique doublé.
Le Paris-SG n'a pas fait forte impression en quart face au Mans (L2) et a encore dû puiser dans ses réserves pour s'imposer dans les prolongations (2-0). Alors que les deux équipes étaient réduites à dix (Camara, 78e; Wague, 91e), l'entrée des jeunes Kebano et Bahebeck, auteurs de leurs premiers buts chez les pro, s'est révélée décisive. Auparavant Coupet s'était illustré dans sa cage en stoppant un penalty d'Ouadli (17e).

Bousculé et rejoint deux fois au score à Reims, Nice, mardi, avait arraché mardi sa qualification (2-3 a.p.) pour les demi-finales de la Coupe de France. Une première depuis 1997, l'année de leur dernière coupe.
Mais les Niçois seront éliminés par les Lillois en demi-finale 2 à 0 au Stade du Ray.
Le PSG lui, tenant du titre, élimine Angers (3-1) et rejoint Lille en finale de la Coupe de France le 14 mai au Stade de France.

C'est en 1957, il y a 54 ans, que le SCO d'Angers avait disputé - et perdu - la seule finale de Coupe de France de son histoire (contre Toulouse 6-3).

Le pensionnaire de Ligue 2 a raté son rendez-vous avec l'histoire.
Lille remporte finalement la coupe de France 2011, son premier trophée depuis 1955, en battant le Paris Saint-Germain 1-0 en finale au Stade de France à Saint-Denis.
Le seul but de la rencontre a été inscrit par Ludovic Obraniak sur un coup franc direct à la 89e minute.

Le LOSC, leader de la Ligue 1, n'avait plus soulevé de trophée depuis son succès en Coupe de France en 1955 et rêve d'un doublé Coupe-championnat.
L'entraîneur Rudi Garcia a exprimé sa joie :
"On est heureux, vous vous rendez compte, 56 ans que le peuple lillois attendait ça ! Maintenant, on va savourer et se préparer pour mercredi (contre Sochaux en L1). L'avantage c'est que l'on n'a pas eu à jouer la prolongation alors qu'on pensait y courir tout droit".

Le suspense a été total et ce sont donc finalement les Lillois qui ont pris le dessus sur le tenant du titre parisien.
Alors que les deux équipes se dirigeaient vers la prolongation, Obraniak, entré en cours de jeu, a crucifié le PSG sur un coup franc excentré qui n'a laissé aucune chance à Coupet (90e).
La rencontre a longtemps été très indécise, l'enjeu bloquant visiblement les velléités offensives de deux formations pourtant considérées comme les plus spectaculaires de la Ligue 1.
Côté lillois, le petit génie Hazard (20 ans) a paru totalement éteint pour sa première grande finale, laissant le premier rôle à un Gervinho très actif aussi bien à droite qu'à gauche avant le coup de patte magique d'Obraniak.
L'Ivoirien aurait même pu ouvrir le score et entrer dans l'histoire du LOSC sans l'intervention décisive de Tiéné (69e). Moussa Sow, le meilleur buteur de l'élite (21 buts), a lui aussi été bien cadenassé par la charnière Sakho-Camara, ne se distinguant que sur une reprise en demi-volée (23e) au cours d'une première période hâchée par de nombreuses fautes avec très peu d'occasions.
1/4 de Finale
Lille Lorient 0-0 tab 13160 spectateurs
Reims Nice 2-3 19763 spectateurs
Chambery Angers 0-3 15000 spectateurs à Grenoble
Paris-SG Le Mans 2-0 12760 spectateurs

1/2 Finale
Angers Paris-SG 1-3 16484 spectateurs
Nice Lille 0-2 17135 spectateurs
Finale au Stade de France
Lille Paris-SG 1-0

Arbitre : Clément Turpin.79000 spectateurs
But Obraniak 89eme
PSG : Coupet — Tiéné, Sakho, Camara, Cearà — Makelele (Clément, 48e), Chantôme — Nenê, Bodmer (Erding, 70e), Giuly (Traoré, 90e+4) — Hoarau.
Lille Landreau - Debuchy, Rami, Chedjou, Béria - Gueye (De Melo 62e), Mavuba cap, Cabaye - Gervinho, Sow, (Obraniak 79e), Hazard ( Dumont 92e)