Championnat de France 2015, encore le PSG

Le PSG n’avait besoin que d’un match nul pour s’assurer le cinquième titre de champion de France de sa jeune histoire. Mais le club n’a pas l’habitude de se contenter du strict minimum depuis son rachat par le fonds d’investissement souverain du Qatar en 2011, et s’est imposé (2-1) sur la pelouse de Montpellier, dernière équipe à l’avoir empêché de remporter la Ligue 1 (en 2012), grâce à des buts de Matuidi (17e), Lavezzi (25e), tandis que Mounier a réduit le score pour les locaux (40e).
Il devient le quatrième club à être champion trois années de suite, après Saint-Etienne, Marseille et Lyon. C’est aussi son troisième trophée de la saison après le Trophée des Champions gagné contre Guingamp (2-0) en août et la Coupe de la Ligue remportée face à Bastia (4-0) en avril.

Les Parisiens réalisent un quadruplé inédit en battant Auxerre finale de la Coupe de France
Lyon, qui a concédé le nul à domicile contre Bordeaux (1-1), terminera la saison deuxième mais n’a pas de regret à avoir tant le PSG, assis sur un budget faramineux (485 millions d’euros contre 160 millions pour Monaco et 115 millions pour l’OL), a été supérieur à ses adversaires cette saison. Si la campagne des hommes de Laurent Blanc n’a pas été parfaite, le PSG est toujours resté au contact du leader marseillais puis lyonnais avant de hausser nettement son niveau en mars et de s’emparer de la tête du championnat lors de la 30e journée pour ne plus la quitter. Avec son succès de ce soir, il en est à huit victoires consécutives et égale le record du club dans l’élite datant de début 2014.

Le club de la capitale a de loin la meilleure attaque du championnat (80 buts), et n’est dépassé dans ce domaine que par le Real Madrid et le FC Barcelone dans les cinq grands championnats européens. Les stars parisiennes pourront fêter le titre samedi prochain devant leur public du Parc des Princes contre Reims lors de la dernière journée.
L'OM avec Bielsa termine 4eme après avoir longtemps été en tête, mais la fin de saison est douloureuse malgré deux victoires sur Lille et Bastia